INFLUENCE DES BLOGS LITTERAIRES ? (suite et fin)

Ce qu’en dit le journal « MARIANNE » =

« Certains veulent voir dans les blogs littéraires une alternative à une critique professionnelle de moins en moins crédible (copinages et autres coteries). Comme la place consacrée dans la presse s’est réduite sérieusement, de nombreux sites ou blogs émanent de professionnels qui y gagnent plus de place et plus de liberté individuelle. »

« Mais de vrais amateurs signent ces blogs littéraires, composés de 70 % de femmes de plus de 35 ans, ayant fait des études supérieures et lisant plus de 12 livres par an. A ce propos il faut souligner l’importance de « Chroniques de la rentrée littéraire » d’Abeline Majorel qui, avec 3 000 contributeurs, comble un vide en critiquant sur 700 livraisons : 400 livres en automne et 200 en janvier ! »

« Par ailleurs, il faut aussi admettre que le bouche à oreille a parfois glissé vers le web et sa rumeur. Alors, le commentaire n’est qu’une humeur sans thèse ni explications. »

« Cependant il existe aussi le sérieux de « La Lettrine » d’Anne-Marie Demonchy (actuellement en sommeil ?), laquelle déclare : « Le nombre de commentaires sur Internet à propos d’un livre a un impact sur les ventes. » Elle cite jusqu’à 7 000 exemplaires vendus ; évidemment une exception.

Il n’empêche que les éditeurs, « discrets sur le sujet, accordent une place au web dans leurs plans médias. » Jusqu’à l’exemple extrême qu’est devenu « Babelio ». « Son responsable, Guillaume Teisseire, avoue : « Pour 1 000 €, nous devons rédiger 20 critiques d’un même ouvrage, cela suffit pour commencer à créer le buzz ». Cela pour de grands éditeurs.  L’argent va au site, non aux blogueurs. Ils sont 4 500 membres, signant 300 nouvelles critiques par jour ; 500 000 visiteurs par mois, pour une SARL de 4 salariés. « Notre modèle est clairement commercial ».

Pourtant un contre-exemple se doit d’être cité. J’en livre le commentaire : « C’est loupé, je ne retiens rien de ce récit, c’est prévisible tout en étant totalement pas plausible » Et en-dessous : « Remerciements aux éditions X pour ce partenariat »

Comme quoi « il y a toujours des amateurs passionnés qui s’expriment sur la toile, mais la mise au pas libérale progresse… »

 

P.S. = Curieusement, même dans les blogs littéraires, les contributeurs qui acceptent de chroniquer les livres numériques se font rares. Voir ma liste à venir dans « Aide à l’édition ».



Leave a Reply