AGRICULTURE : VERS UNE PRISE DE CONSCIENCE ECOLOGIQUE…

Comment en est-on arrivé là en matière écologique ?

La révolution industrielle a débordé sur le travail des champs. Le bœuf et le cheval ont été chassés par la machine. Mais son prix élevé, donc son amortissement, a poussé les paysans à tenter d’agrandir leurs exploitations familiales. Et à se spécialiser. Le tracteur libère des parcelles autrefois utilisées pour produire la nourriture des bestiaux. Grâce au chemin de fer, l’agriculture s’adapte plus étroitement aux débouchés.

Par ailleurs, les progrès de la navigation à vapeur font chuter le coût du fret et créent une concurrence qui menace les producteurs du continent européen. Mais, parallèlement, les transports à bon marché apportent à la terre d’énormes moyens d’amélioration (nitrates du Chili, guano péruvien, phosphates, engrais potassiques et azotés). Apparaît la fabrication d’ammoniac synthétique…

Mais la « technicisation » de l’agriculture engendre des dangers. Les biologistes dénoncent une agriculture destructrice des sols (car uniquement préoccupée de rendement à court terme), la pollution des eaux, l’extermination de faunes et de flores, l’accumulation de substances toxiques, les procédés d’engraissement des bestiaux ou des volailles…

Les recours aux produits chimiques ne vont pas sans entraîner des conséquences sur les produits alimentaires. L’industrialisation engendre des risques sanitaires pour les terres (désherbants), pour les plantes (pesticides), pour les animaux (antibiotiques et hormones) et en définitive pour l’homme !

Le monde paysan est entré dans une profonde contradiction.

Rappelons-nous la réflexion du sociologue Claude Lévi-Strauss : « L’homme moderne estime que seul l’homme est respectable, et non pas la vie sous toutes ses formes ; son prétendu humanisme ne respecte ni les plantes, ni les animaux, ni même les sociétés humaines qui ne sont pas conformes à sa vision du moment. »

Précisément, c’est peut-être là l’espoir : la crainte des impacts du réchauffement climatique qui occasionnent des risques majeurs pour la sécurité alimentaire…



2 Responses to “AGRICULTURE : VERS UNE PRISE DE CONSCIENCE ECOLOGIQUE…”

  1.   Moustic Says:

    Le problème de l’écologie reside dans la surpopulation mondiale qui pousse les hommes mettre des techniques désastreuses

    •   hesteve Says:

      Moi je crois plutôt que la surpopulation ressemble bigrement à un prétexte. Par contre le productivisme à tout crin rapporte énormément à quelques uns parmi d’autres !

Leave a Reply