LE RAPPORT QUE L’ETAT VOULAIT ETOUFFER

samedi, avril 25th, 2015

A la suite d’un colloque (14 et15 avril 2015), l’ADEME (Agence nationale de l’Environnement et de la maîtrise de l’Energie) rédige un rapport final.

Les services du ministère de l’Ecologie et de l’Energie font alors tout pour que ce rapport reste enterré !

C’est que l’ADEME prouve, par une démonstration chiffrée, que l’idée d’un système électrique « 100 % renouvelables » est techniquement et économiquement crédible à l’horizon 2050.

La production se décomposerait en 63 % d’éolien, 17 % de solaire, 13 % d’hydraulique et 7 % de thermique renouvelable comprenant la géothermie. Elle assurerait une réponse sans faille à la demande, jour et nuit.

Les auteurs estiment :

– dans un système 100 % renouvelables, le coût de l’énergie à 119 € par MWh,

– avec 40 % de renouvelables et 56 % de nucléaire = 117 €,

Rappel : le coût prévisionnel de l’électricité produite par les EPR british serait de 112 €… sans compter le prix des loupés à répétition de ceux de Flamanville et du prototype finlandais… (!)

 

Source : MEDIAPART

 

LA GRECE LEUR FAIT HONTE !

samedi, avril 18th, 2015

Un message d’un  membre de Syriza à l’attention de l’association « Pour une sixième république d’André Bellon =

 

Grèce : est-il tolérable qu’un pays vote mal ?

Il y a deux mois et demi, les élections ont propulsé au gouvernement une coalition inédite, composée de SYRIZA (gauche radicale) et de ANEL (Grecs Indépendants, droite), qui ont obtenu respectivement 36,4% et 4,8% des suffrages. Ce fut la dernière étape d’une ascension jamais vue auparavant : en effet, SYRIZA avait obtenu 4,5% lors des élections de 2009, 17% et 27% aux élections consécutives de mai et juin 2012 pour arriver en tête cette année. Inversement, les deux partis qui ont gouverné le pays depuis la chute de la dictature en 1974, PASOK (centre-gauche) et Nouvelle Démocratie (ND, droite), qui totalisaient ensemble 80% a 85% des suffrages, se sont effondrés, obtenant respectivement 4,8% et 27,8% des voix.

Ce bouleversement du paysage politique, ainsi que le caractère inédit de la coalition gouvernementale actuelle est le résultat de la crise économique qui, depuis 2010, a placé le pays sous la tutelle de la « troïka » (Fonds Monétaire Internationale, Banque Centrale Européenne et Euro zone). Tutelle qui s’est traduite par la montée du chômage (28% et plus de 50% pour les jeunes), la chute dramatique du pouvoir d’achat et la paupérisation des classes moyennes, le triplement des suicides, le démantèlement de la Sécurité Sociale, l’abolition des conventions collectives ainsi que d’autres avancées sociales, notamment en matière de licenciements.

La raison officielle de cette politique d’austérité sauvage était le surendettement du pays (ou plutôt la menace de faillite de son réseau bancaire). La troïka a prêté de l’argent à la Grèce pour qu’elle renfloue ses banques (sans que l’état en acquière le contrôle, bien sûr) tout en lui imposant une politique d’austérité draconienne, prescrite dans certains accords, les mémorandums. Les effets des mémorandums furent néfastes non seulement sur le plan social, mais aussi sur le plan économique : du fait de la faillite d’un grand nombre de petites et moyennes entreprises, le PNB a chuté de plus de 25%, et l’augmentation de la pression fiscale sur les plus faibles n’a pas donné de résultat. La dette publique a grimpé au lieu de diminuer.

La scène politique a donc été dominée par la position des partis vis-à-vis des mémorandums. Les partis gouvernementaux responsables de la crise, PASOK et ND, ont continué à gérer le pays en appliquant docilement la politique d’austérité et leur audience s’est effondrée. Le gouvernement actuel est formé de deux partis résolument anti-mémorandum. Et il a changé le cap.

La partie n’est pas jouée et elle n’est pas aisée. Les négociation sont dures, le gouvernement affronte une hostilité ouverte, polie (en tant que fraîchement élu) mais implacable. Pour donner un exemple, la BCE gagne de l’argent en achetant des obligations à bas prix et en les revendant au prix nominal à l’état grec (qu’elle est censée renflouer), tout en refusant d’allouer au pays les liquidités convenues. En même temps l’oligarchie grecque se sentant menacée et détenant les principaux medias opère un travail de sape.

Les institutions européennes et internationales tolèrent la démocratie, à condition que le peuple vote bien : l’argent et le pouvoir doivent être concentrées au mains du plus petit nombre d’individus. Malheur aux peuples désobéissants !

Venios Angelopoulos

Athènes, le 13 avril 2015

UNE NOUVELLE BOUTIQUE DE LIVRES NUMERIQUES !

vendredi, avril 3rd, 2015

Voici la nouveauté qu’annonce mon éditeur :

les éditions Hélène Jacob :

Nous avons le plaisir de vous informer qu’une nouvelle boutique numérique EHJ vient d’ouvrir ses portes.

Grâce à cette boutique, nous pouvons :

  • Vous proposer la vente directe de tous les titres de notre catalogue en numérique, dans trois formats de lecture (.epub, .mobi et .pdf) compatibles avec tous les appareils et sans DRM.
  • Vous proposer une boutique dont l’interface est compatible avec tous les terminaux et types de navigateurs (y compris les anciennes versions d’Internet Explorer encore utilisées par certains), simple, robuste et rapide d’utilisation.
  • Récompenser la fidélité de nos lecteurs les plus actifs.
  • Vous permettre de parrainer de nouveaux lecteurs en touchant une commission sur tous leurs futurs achats.
Cette nouvelle boutique est donc volontairement très épurée sur le plan du design, de façon à privilégier la rapidité et facilité d’utilisation pour tous, dans toutes les circonstances.

Vous pouvez d’ores et déjà la découvrir en vous rendant sur :
http://editionshj.promety.net

SI LE COEUR VOUS EN DIT…

PIERRE DAC ETERNEL…

samedi, mars 14th, 2015

Le 9 février 1975 décédait Pierre Dac… je sais, je suis en retard pour l’anniversaire mais je m’en fiche, j’ai un mot de mon médecin !

Petites annonces… Souvenirs…

DIVERS

Faux papiers pour faire rire les gendarmes qui vous arrêtent sur les routes, l’assortiment, 12 fr.70. Pansements, teinture d’iode, albuplast, etc., supplément 3 fr.

Apprentis chauffeurs, pour éviter tous grincements, adoptez notre entonnoir à passer les vitesses. Succès assuré.

Machine à écouter calmement les bobards, avec dispositif de réponse automatique, par gros bâton noueux et très dur. L’ensemble =  27 fr. 70.

OFFRES D’EMPLOIS

Boeuf sportif cherche petit tailleur à façon qui lui transformerait sa culotte en pantalon de golf.

AVIS – CORRESPONDANCES

Plante rampante ayant fleuri plusieurs saisons mais encore verte guiderait premiers pas jeune serpent et lui donnerait leçons de maintien.

DIVERS

Hirondelle retour d’Algérie cherche oiseaux désirant apprendre l’arabe. Prix 25 chenilles la leçon.

Petit nuage prêt à fondre en larmes demande parapluie coquet pour essuyer ses pleurs.

DU RESPECT DE LA DEMOCRATIE

jeudi, mars 5th, 2015

On peut comprendre la rage des Grecs. D’autant que la rigoriste Allemagne est en dette vis-à-vis de leur pays ! En effet, le 27 février 1953, sous l’influence des USA qui meurent de frousse que l’Allemagne glisse dans le camp communiste, la dette allemande est réduite de 62,6 % ( !). C’est l’accord de Londres, signé entre autres par… la Grèce, accord qui accepte même la renégociation en cas de mauvaise conjoncture (ce qui est refusé aujourd’hui aux Grecs !).

L’historien Albrecht Ritschl constatait en 2011 dans « Der Spiegel » : « A partir de là, l’Allemagne s’est portée comme un charme pendant que le reste de l’Europe se saignait aux quatre veines pour panser les plaies laissées par la guerre et l’occupation allemande ».

Il existe une autre dette allemande vis-à-vis de la Grèce : les milliards pillés par les nazis et jamais récupérés… (évalués à 40 milliards d’€). Ceux-là ont été définitivement annulés mais pas les intérêts (15 milliards). On attend la réponse de mâme Merkel et du « docteur » Draghi… ? Autre que :

« On ne peut pas revenir sur des accords signés, il faut les respecter ! »

Mais ce pouvoir qui a signé les dits accords a précisément été balayé par le suffrage universel à cause de cela. Et le nouveau pouvoir élu l’a justement été parce qu’il refuse ces accords appauvrissant outrageusement le peuple grec.

Zélites européennes, vous avez une curieuse conception de la démocratie ! Donc, selon vous, quel que soit le résultat de l’élection, cela ne peut avoir aucune incidence… ? Le « peuple souverain », c’est pour les manuels d’Histoire. Vous ne tolérez le fait électoral que s’il est sous la pression des journaux aux mains de vos amis capitalistes. Quand toute votre « bonne société » argumente dans le même sens.

Alors, quand cela rate, tant la coupe est pleine…

Vous me rappelez irrésistiblement l’analyse de cette informaticienne américaine qui, pour dénoncer l’arnaque du vote électronique, avait conçu une machine à voter qu’elle avait baptisée « FRAUD-Ô-MATIC ». Elle faisait ainsi la preuve, quelle que soit l’action des votants, qu’elle pouvait choisir le vainqueur ! Sa conclusion : « Il y a longtemps que les élites, notamment économiques, aux USA veulent s’affranchir de la démocratie ».

C Q F D… ?

LE PROBLEME AMAZON…

samedi, février 21st, 2015

Nous avons appris que de nombreux auteurs allemands reconnus ont attaqué AMAZON de façon collective, lui reprochant sa tendance monopolistique. Ce qui ne peut être nié. Mais, ce faisant, ils se placent en défenseurs de positions acquises chez des éditeurs dominants.

Ils dénoncent les méthodes d’Amazon pour contraindre les éditeurs à baisser les prix de leurs livres numériques. Là encore, les façons d’Amazon sont lourdement critiquables. Cependant, il est peu de dire que les éditeurs ne jouent pas le jeu, étant donné que le coût du livre numérique est sans comparaison possible avec celui du livre papier… sauf à le considérer comme un concurrent à leur commerce.

Ces auteurs accusent Amazon de vouloir la mort des libraires que leurs éditeurs décrivent comme leur oxygène… et que, par ailleurs, ils étouffent, submergent, engloutissent sous l’avalanche de 500 nouveautés, deux fois l’an. Il faut cesser cette fable pour enfants en bas âge quant à l’actuelle « fonction de prescripteur » du libraire ! Comment pourraient-ils l’exercer, sans arbitraire, dans de telles conditions ?

Cette responsabilité des éditeurs est toujours oubliée. L’édition est la seule entreprise commerciale qui augmente l’offre quand la demande diminue : voir l’article sur Jérôme Lindon.

Autre oubli criant, la pratique des éditeurs traditionnels qui, en partisans aguerris de la concurrence (SIC), squattent au maximum les linéaires des librairies au détriment des petits éditeurs indépendants. Tout comme le font les producteurs de yaourts, ou autres, dans les grandes surfaces alimentaires…

Ces mêmes éditeurs accusent Amazon de concurrence déloyale en devenant éditeur favorisant l’autoédition . Pourquoi déloyale ? Nous touchons là au cœur du problème : Amazon ne paye pratiquement pas d’impôts en France !

Or, le 3 décembre dernier, le gouvernement anglais a réagi par la voix du chancelier de l’Echiquier qui a déclaré : « Aujourd’hui, j’institue une taxe de 25 % sur les profits que les multinationales réalisent ici, au Royaume-Uni, et qu’elles transfèrent ensuite artificiellement hors du pays ». D’autres suggèrent la création d’une taxe Robin des bois sur les mouvements financiers. Quand la volonté politique existe, n’est-ce pas…

Invitons donc nos auteurs allemands à se tourner vers Mâme Merkel. Nos auteurs italiens vers Rome. Et nos auteurs français vers Paris.

Tout ne sera pas résolu mais la problématique reposera sur des bases plus saines !

CETTE PRETENTION A L’INTOLERANCE…

jeudi, février 19th, 2015

Après Paris, Copenhague !

Voltaire n’a jamais écrit cette phrase :  « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire ». Il reste que son sens est admirable.

Cela s’appelle une confrontation d’opinions. Un débat . Un combat d’idées. Cela fait appel à des arguments raisonnés.

Cela caractérise la vie dans une République. Où la croyance religieuse – ou son absence – est une affaire strictement privée.

Et nul ne peut s’attribuer le droit de tuer celui qui ne partage pas ses idées ! De tuer…

Moins encore sous le prétexte d’une insulte à son dieu. L’interdiction de représenter leur dieu ne concerne que les croyants de cette religion. Aucun des autres citoyens. Quant à la notion de blasphème, un philosophe sénégalais spécialiste de la philosophie islamiste l’affirme clairement : le Coran ne dit rien sur le sujet. Rien. Ces faussaires n’ont-ils pas conscience de vivre dans un pays qui a aboli la peine de mort ?

Ils entrent là dans une démarche de terreur, d’obscurantisme, de fascisme pur et simple. Les nazis pratiquaient ainsi ! Sections d’Assaut. Tristes S.S. Brisant une population. Réduisant à néant la liberté d’opinion, la liberté de la presse…

Magnifiques perspectives d’un autre âge !

En Egypte, un journal d’opinion a eu le grand courage de reproduire la dernière une de « Charlie Hebdo ». Son nom ? « La République. »

BONNE ANNEE LES AMINCHES !

mardi, janvier 13th, 2015

« Quand viendra donc le grand coup de balai ?

C’est l’interrogation que se posent les bons bougres.

Et mille marmites, les évènements se poussent tellement au cul, les uns les autres, que ça pourrait bien ne pas moisir. Tant mieux ! Ce ne serait pas du luxe.

Les bafouileurs de la haute jacassent d’assainissement et de tout-à-l’égout… Quel plus chouette assainissement que de purifier les hautes sphères sociales et de pratiquer le tout-à-l’égout à l’égard de la chameaucratie qui nous ronge !

Ensuite, mince d’épanouissement et de floraison : la vie aurait un charme époilant – nul ne la trouverait dégueulasse et canulante à dévider.

En attendant que ça vienne, les gars d’attaque doivent pousser à la roue – et une des bonnes binaises pour activer le mouvement est de secouer les endormis et de les aider à se décrasser les lucarnes. »

 

D’après « L’Almanach du Père Peinard » pour 1899, par Emile POUGET, le vieux gniaff et vieil anarchiste.

 

Pour une surprise, c’est une surprise : 116 ans plus tard se présente l’opportunité du « coup de balai » qu’évoque le Père Peinard avec l’urgence d’une nouvelle Constitution pour éradiquer les tares de la 5e République. Absolue nécessité de se débarrasser de notre actuelle cohorte de politiciens qui a contourné le vote populaire qui ne lui convenait pas. Trahison délibérée de cette volonté du peuple dont ils se réclament sans cesse…

VOIR CET ARTICLE

BONNE ANNEE !

7/01/2015 :CHARLIE HEBDO ASSASSINé !

jeudi, janvier 8th, 2015

Qui donc a  réclamé son sacrifice humain… ?

Ou bien c’est le tueur de base qui fait les demandes et les réponses… ?

Sordide ventriloque.

Tristes et moyenâgeux assassins des LUMIERES.

 

 

LE NUCLEAIRE TRES… INTERMITTENT !

jeudi, décembre 18th, 2014

L’autorité de sûreté nucléaire belge vient d’ordonner l’arrêt prolongé de TROIS des sept réacteurs implanté en Belgique !

Se profile le risque de pénurie, d’où une campagne auprès du grand public d’invitation aux économies d’énergie. Avec conseils aux citoyens mais aussi aux communes, écoles, commerces et entreprises. En retour, une attitude compréhensive du public.

De manière imprévisible et soudaine le pays a perdu près d’un tiers de ses capacités de production pour cause de microfissures des cuves des réacteurs. A contrôler d’urgence !

Ce n’est donc pas la variabilité, journalière et saisonnière, des énergies renouvelables (connue et anticipable) qui est en cause mais bel et bien le nucléaire !

C’est une révélation : le nucléaire est une énergie… intermittente ! Car centralisée et d’énorme puissance. A laquelle on peut fort bien opposer les énergies renouvelables et complémentaires, décentralisées et diverses  qui permettent le « foisonnement » (c’est le mot juste) de cette diversité répartie.

Pendant ce temps, en France, plus de 30 % des appartements sont équipés en chauffage électrique (interdit au Danemark, soumis à autorisation en Suisse). Chaque année, il consomme la production de 10 à 11 de nos centrales nucléaires ! Or, le Président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire estime possible un arrêt de 5 à 10 réacteurs pour des raisons similaires à nos voisins belges…

La positive attitude belge est difficilement exportable chez nous ! On a entendu : « Occasion unique de changer nos habitudes : réduire notre consommation énergétique devrait devenir un réflexe naturel au quotidien ». Ou encore : « On peut faire aussi bien avec moins, sans rien y perdre pour autant ».

En France, Delphine Batho affirme : « Ce n’est pas l’Etat qui dirige EDF mais, à l’inverse, le patron d’EDF qui semble diriger l’Etat »…